Okinawa est une ile située dans l'archipel des Ryukyu, entre le Japon, l'île de Taiwan et la Chine, ayant fait naitre historiquement le karaté-do. L'île vivait tiraillée entre la puissance de la Chine et celle du Japon : Okinawa devait apprendre à se défendre et créa un art martial indigène nommé le Te, que nous pouvons traduire par la Main.

Le roi Sho Shin au XVe Siècle interdit le port du sabre et rassembla les habitants de l'île à Shuri où ils perfectionnèrent l'art du combat à main nue. Ainsi les paysans et les pêcheurs commencèrent à employer leur outils : fléaux, bâtons, chaînes, rames, comme des armes, formant ainsi les Ryu-Kyu bu-jutsu ou les arts de combat armés, ancêtres du Kobudo.

Durant des siècles se produisit la synthèse du Te et des arts martiaux du temple de Shaolin suite à l'invasion du Japon en 1609, pour aboutir au To-De ou Okinawa-te, l'ancêtre du Karaté

Nous pouvons distinguer trois styles de Karaté portant chacun le nom d'un village emblématique de la pratique : le Shuri-te, dans lequel la rapidité et les esquives sont prépondérantes, est devenu le Shorin-ryu. Le Naha-te, qui nécessite l'utilisation de positions hautes et de techniques circulaires, est devenu le Shorei-ryu. Enfin, le Tomari-te, s'inspire des deux premiers tout en restant plus proche du Shuri-te.

L'enseignement de cet art martial se fait oralement du maître à son disciple par l'intermédiaire des katas. Les pieds et les mains deviennent des armes très efficaces rivalisant contre les sabres.

Le nom de certains grands maîtres qui formèrent de nombreux élèves au travers des katas sont devenus légendaires, tels que celui de Funakoshi et d'autres maîtres d'Okinawa amis du Sensei.
Il en est de même pour Gichin, puis son fils Yoshitaka, qui introduisirent de nouvelles techniques comme le yoko-geri, le mawashi-geri ou le ushiro-geri, mais aussi des positions plus basses et des attaques plus longues et plus puissantes. Il développèrent également les kumités, et orientèrent le Karaté vers une pratique plus sportive.

Le tigre, qui allie force et courage, et devenu le symbole du Karaté Shotokan-Ryu, après que Hoan Kosugi ait peint le Tora No Maki pour illustrer la couverture de Karate-Do Kyohan, premier livre du Maître Funakoshi, devenu depuis une véritable Bible du karaté.

La gymnastique que nous abrégeons volontiers par gym est une discipline sportive regroupant des styles très divers pratiqués pour le loisir ou la compétition. Citons ainsi la gymnastique artistique, la gymnastique rythmique, le trampoline, la gymnastique acrobatique, le tumbling, mais il existe tant d'autres déclinaisons...

D'autres activités physiques dites de gymnastique allient des principes sportifs de la gym à des mouvements conçus dans l'optique d'une optimisation de la santé, de la bonne condition physique et du bien-être ; c'est le cas par exemple du Fitness ou de l'Aquagym.

Le principe de base de ces sports est de répéter des mouvements de musculation simples, fréquents et peu intensifs afin d'améliorer votre forme et votre tonus.

Pour découvrir ou perfectionner sa pratique de la gymnastique douce ou la gym tonique, il est fortement recommandé de s'inscrire à un club ou une association. Ainsi il vous sera possible d'échanger avec d'autre pratiquants et gymnastes passionnés, d'avoir accès à du matériel adapté et de pouvoir progresser à votre rythme rapidement.

Torii propose deux types de cours de gymnastique accessibles aux personnes de tous âges : enfants, adultes, et seniors.

La gymnastique est idéale si vous souhaitez dynamiser votre coordination, votre souplesse, votre force, vos aptitudes physiques et individuelles avec des exercices adaptés à votre âge, votre sexe et votre aptitude, retrouver la forme, votre bien-être, vous détendre, retrouver de l'énergie en pratiquant des mouvements en rythme sur de la musique calme à la teneur zen ou sur un ton plus endiablé rappelant la Gym'tonique des années 80, ou si vous cherchez à retrouver un corps de rêve avec une jolie silhouette tout en pratiquant des ados, du jump, du stretch ou du body power.